Home

Témoignages

Christelle

 Voilà cinq mois que j’ai rencontré la Sophrologie Caycédienne et elle a embelli toute mon existence. Au moment de cette rencontre, ma petite fille avait 6 mois, les relations avec mon compagnon étaient assez “électriques” mais, surtout, je rentrais dans des colères déréglées et très souvent démesurées par rapport aux événements. Bref, je “pétais les plombs” et je sentais que j’avais besoin d’aide.

 

Aujourd’hui, non seulement mes colères se sont apaisées mais l’ensemble de mon existence s’est amélioré. Au travers de tout ce que j’ai appris et ressenti, je peux désormais vivre pleinement et intensément chaque instant. Je ressens beaucoup plus de calme, de sérénité et de paix. J’apprécie davantage les petites choses au quotidien et ceci me procure beaucoup plus de joie et de bonheur.

 

Mes relations familiales, amicales et professionnelles se sont également transformées et enrichies.

Chacun de mes échanges, chacune de mes interactions, de mes rencontres est constructif. Ma vie de famille avec mon futur mari, Stéphane, et ma petite fille, Pauline, est, à ce jour une source de grand plaisir et contentement.

 

La confiance en moi que j’ai totalement perdue il y a quelques années commence à refaire surface.

J’ai appris à m’écouter et à être attentive aux réactions de mon corps. Cette écoute de moi-même, cette concentration par rapport à moi me permet de me sentir bien car je suis en accord, en harmonie avec moi-même. En me découvrant, je réapprends à me faire confiance et c’est une grande joie. Tout en restant en contact avec le monde qui m’entoure, j’agis beaucoup plus en fonction de moi et non des autres et de leurs attentes.

 

A tous ceux qui me liront, j’espère vous avoir donné envie de faire aussi cette rencontre avec la Sophrologie Caycédienne au travers d’Helen, ma sophrologue qui est une personne exceptionnelle, extraordinaire pour laquelle j’ai une profonde admiration et affection.

 

Christelle.

 
 
 
Je m appelle Leonie

J’ai suivi des séances de Sophrologie avec Helen pendant environ un an. Mon travail m’a permis de me voir différemment, d’accepter mon handicap physique et d’attacher beaucoup moins d’importance à la manière dont les autres me voient. Helen m’a aidé à démanteler tous mes modes

de fonctionnement négatifs et à renforcer ma propre estime. En travaillant ainsi, cela m’a permis également d’atteindre un état de profonde paix intérieure et de profiter quotidiennement au maximum de ma force de vie. A présent, je mène une existence beaucoup plus heureuse et sensée, ce qui est très important pour à la fois pour moi et mes êtres les plus proches. Merci, Helen, je t’en serai éternellement reconnaissante.

 

 
 
Bonjour, je m appelle Cristo

Laissez-moi vous dire ce que la Sophrologie Caycédienne m’a apporté.

 

Mon témoignage ne sera pas une pléthore des différents aspects positifs que la méthode peut vous apporter ; mais bien au contraire, il sera basé sur mon expérience; et vous découvrirai bien assez tôt (si vous entreprenez des séances de sophrologie), est que ce processus est un des piliers de cette méthode.

 

Voyez-vous, dans la vie, il y a une multitude de choses que je fais et que j’apprécie énormément au moment  même où je les vis, comme regarder un bon film ou bien encore déguster un bon petit plat que je viens de concocter avec amour... Mais une fois que ces moments sont passés, la joie que j’ai éprouvée s’estompe petit à petit. Depuis que j’ai terminé mon premier cycle en Sophrologie Caycédienne, je ressens que j’ai accompli quelque chose qui me fait plaisir tout les jours et qui ne s’estompe pas.

C’est une chose sur laquelle je peux compter dans toute situation, car ce n’est pas un événement externe (comme regarder un film ou déguster ce plat, rappelez-vous…), mais un travail intérieur que j’ai accomplis et qui m’accompagne en toutes circonstances.

La Sophrologie Caycédienne m’aide chaque jour à  vivre les différentes expériences que l’on ne peut changer, de la meilleure manière possible. En fait, elle m’a enseigné à agir dès que je peux changer les choses ; à savoir la façon dont je vie ces expériences. La méthode me permet également de  comprendre des choses qui se passent autour de moi, dont je ne soupçonné même pas le fonctionnement auparavant et a aussi accrue mes capacités à communiquer, ce qui sont deux valeurs primordiales qui m’apportent une existence beaucoup plus paisible.

 

Pour vous donner un dernier exemple de mon ressenti en tant que disciple de la Sophrologie Caycédienne, je vais faire un retour à l’embryologie.

A partir du moment où j’ai été créé dans l’utérus de ma mère, j’ai développé et acquis différents organes, qui une fois rassemblés, constituent l’être humain que j’étais lorsque j’ai vu la lumière du jour pour la première fois. Eh bien je ressens que la Sophrologie Caycédienne est la dernière étape de ce développement, qui m’a offert la lumière pour profiter pleinement du chemin que j’emprunte jour après jour.

 

Je sais qu’aucun mot ne vous donnera jamais une idée assez claire de ce que la Sophrologie Caycédienne peut vous apporter, puisque cette méthode m’a, une fois de plus, prouvé que c’est par l’expérience que nous comprenons pleinement les choses.

Aussi, tout ce que je vous souhaite en tant que lecteur, est que vous affrontiez la prochaine étape et ayez la curiosité et la volonté d’entreprendre and compléter le premier cycle. Faites-moi confiance, cela vous apportera beaucoup, j’en suis sûr.

Et je ne peux vous recommander un meilleur Maître qu’Helen Ricco qui a ce site.

Elle a toutes les qualités requises pour aider toute personne dans le besoin, telles que patience, sagesse, considération… Mais, par-dessus tout, ce qui en fait un Maître hors-pair, est qu’elle effectue son travail avec un amour et un soin constants envers la personne qu’elle aide.

 
 
Je suis Sara, la fille d Helen Ricco

Et je suis heureuse d’avoir décidé de m’entrainer avec ma mère, tout spéciallement à cause de notre histoire particulière.

Avant de parler des difficultés que  nous avons traversées et comment la sophrologie a contribué à nous réconcilier, j’aimerais préciser que je n’avais jamais imaginé entreprendre un tel travail, mais maintenant je peux dire honnêtement : « Je ne sais pas ce que ma vie serait devenue sans cela ».

En fait, cela est arrivé d’une façon qui me permet de le rapporter à deux étapes importantes : celle de ma mère et la mienne.

 

Depuis mon plus jeune âge, j’avais toujours expérimenté une proximité particulière et mutuelle avec ma Maman, mais alors que je grandissais, la communication devenait de plus en plus difficile ; elle se terminait toujours par des disputes et des paroles douloureuses, jusqu’à ce que nous abandonnions toutes les deux. Je ne vivais pas à la maison à cette époque et je me rappelle combien j’étais dévastée à l’idée d’avoir perdu toute communication avec la personne qui m’était la plus importante. Nous avions toutes les deux l’impression d’avoir fait le maximum, cependant il ne semblait pas y avoir de possibilité que nous puissions nous rapprocher à nouveau un jour.

 

Après deux années de silence, ma mère qui suivait des séances de sophrologie, trouva le courage de me recontacter d’une nouvelle manière. J’étais très surprise, sceptique cependant étant donné que je n’avais jamais vu ce côté de sa personnalité auparavant. Je ne pouvais croire que ce puisse être possible, mais en réalité nous avons commencé à communiquer !!! Il m’a fallu environ un an pour éteindre mon signal d’alerte et commencer à apprécier les efforts de ma mère et la voir sous un nouveau jour.

 

Après avoir observé un grand changement en l’attitude de ma mère, j’ai commencé à être tellement reconnaissante, car grâce à ses efforts et à la volonté de faire la paix avec son entourage, elle avait réussi à me montrer quelle belle personne elle est en réalité. Mais à ce moment là, je n’envisageais toujours pas de suivre des séances moi-même, parce que je pensais fortement que cela ne m’était pas utile ; je pouvais à présent communiquer avec ma Maman, que pouvais-je demander d’autre ?

 

Comme toute autre personne, j’ai eu ma part d’inquiétudes et de craintes. Il y a eu des moments où j’avais plus de mal à les gérer qu’à d’autres, mais là encore, je me disais : « C’est la vie ». Ce que je ne savais pas c’est que nous ne sommes pas obligé de vivre nos expériences d’une seule (et unique) manière. Ma mère avait essayé de m’expliquer  cela, mais je ne pouvais comprendre ce qu’elle  voulait dire jusqu’à ce que je décide finalement de faire de la Sophrologie moi-même.

Aujourd’hui, la façon dont je perçois les choses est très différente ; je ne ressens pas tout le temps que la vie m’est injuste parce que je sais qu’il y a toujours une participation active de ma part, sur la façon dont les choses vont tourner…

La Sophrologie m’a permis de me découvrir et de me rapprocher de moi-même d’une manière beaucoup plus efficace; de comprendre mes besoins et mes limites et d’assumer la responsabilité de chacun de mes choix, ce qui n’était pas évident à mes yeux auparavant.

Mon travail m’a permis d’améliorer toutes mes relations et de surmonter mes plus grandes craintes. Du à une expérience passée angoissante, je souffrais lorsque j’étais seule à la maison : j’avais peur que quelqu’un n’entre par effraction lorsque je dormais. Je ne pensais jamais pouvoir surmonter cela. Je détournais le problème en évitant d’être seule la nuit, cela devenait une véritable obsession ! Aujourd’hui, je ne me sens pas seulement libérée de cela, mais j’apprécie même d’être seule. Je sens que devenir plus proche de soi-même est un choix sain et nécessaire pour mon corps et mon esprit et contribue à ce que je vive en harmonie avec le reste du monde.

 

En outre, j’ai remarqué une grande différence dans ma relation amoureuse, ce qui est très gratifiant pour moi. Je peux maintenant reconnaître ma part des

Choses dans nos interactions, et réaliser comment je peux influer sur ces dernières. Cette prise de conscience m’aide à être plus tolérante et à permettre à mon partenaire de laisser libre cours à ses frustrations. Et en restant calme et compréhensive, cela conduit automatiquement à une discussion constructive (au lieu d’une dispute), ce qui est nécessaire au bien-être de notre couple.

 

En un mot, je dirai que la Sophrologie m’a permis de mener une existence plus épanouissante, sans conditionnements, à être en fin de compte plus proche de la réalité, au lieu d’exister à travers mes représentations.

 

 
 
Je ne pourrai jamais trouver les mots

Pour exprimer ma gratitude à Helen. Je m’appelle Cécile et je travaille avec Helen depuis 9 mois maintenant. La Sophrologie m’a tant apporté, que je ne saurais pas par où commencer, mais je dois me focaliser sur l’essentiel et mentionner les choses qui me sont le plus importantes.

 

Helen m’a guidée sur un chemin d’auto-découverte qui a totalement changé mon existence. Mon mariage était en train de partir en lambeaux, en fait j’étais sûre de vouloir divorcer, que je ne trouverais jamais le vrai bonheur avec mon mari, mais grâce à mon travail, j’ai pu recréer une relation profonde et merveilleuse avec mon cher et tendre. Maintenant je réalise ce que j’aurais perdu, si je n’avais pas commencé mes séances et je n’oublierai jamais ce qu’Helen m’a dit au tout début : « Pourquoi se précipiter ? Donne-toi du temps, suis tes séances et si plus tard, tu veux divorcer, personne ne t’arrêtera ». Je n’oublierai jamais ces paroles, parce que je n’aurais jamais connu l’immense bonheur que je vis pleinement en ce moment.

 

Helen est une personne si merveilleuse, nous sommes tous d’accord pour dire qu’elle était faite pour exercer cette profession, elle est douée, possède des dons inégalés, une vraie compassion, une telle sagesse et une attention aimante ; que Dieu la bénisse et que le bien qu’elle procure autour d’elle puisse à jamais lui être retourné.

 
 
Mon temoignage peut etre une surprise pour Helen,

Si cela est possible !

 

L’année dernière, en rendant visite à un ami à Nice, j’ai eu le plaisir de rencontrer Helen qui est absolument étonnante.

 

Alors que nous étions en train de papoter sur des problèmes quotidiens, elle parvint très habilement à partager avec nous une de ces expériences, et ensuite, dans le flot de la conversation, elle commença à dire naturellement: « C’est dommage que la plupart des gens soient incapables de percevoir… ». C’est alors que j’ai réalisé qu’elle était en train de décrire mes difficultés intérieures, celles que j’avais à l’esprit depuis très longtemps. Je voyais bien qu’elle savait que j’étais profondément émue, mais elle ne m’a pas harcelé, bien au contraire, elle m’a soulagée en même temps. Je sais que cela puisse sembler impossible, je ne pourrais dire comment elle parvient à faire cela.

 

Je n’ai choisi de me confier au moment ou cela s’est produit, mais ses mots me sont souvent revenus et m’ont aidée à reconsidérer mes problèmes et à y faire face différemment. Elle a définitivement éveillé quelque chose en moi. Je sais que si je vivais à Nice ou dans les environs, je ne réfléchirais pas deux à fois pour suivre des séances avec elle.

Elle est vraiment incroyable et parfaitement discrète.

 

Je te remercie de tout cœur, Helen, tu es quelqu’un qui  mérite d’être rencontrée et écoutée.

 

Ann X

 

 
 
Thomas

 

Avant de pratiquer la Sophrologie, je n’avais jamais réalisé qu’il y avait un flux constant de stress en moi, comme un faible bourdonnement continuel. Mon épouse souvent se plaignait de ma négligence, de mon manque de concentration et de n’être pas totalement présent, particulièrement pour les choses qui lui étaient importantes. Nous nous disputions  parce que je n’étais pas d’accord, je ne comprenais pas ce qu’elle attendait de moi et en ce qui me concernais : tout allait bien!

Après mon premier degré, j’ai découvert que derrière mon apparence décontractée, je devenais de plus en plus angoissé et j’étais absorbé par le développement final de choses banales. En travaillant avec Helen, j’ai pu obtenir une vision plus claire de ce que je faisais réellement ; à savoir m’imaginer tout le temps les possibles dénouements déplaisants aux événements, au lieu de rester sur la réalité et de jouir du moment présent. C’est alors que lorsqu’on m’a demandé de partager ma Phénodescription (expliquer ce que m’avait apporté le 1er degré), je n’en revenais pas de découvrir que mon stress intérieur avait disparu. Je ne pouvais simplement pas y croire, cela me dépasse réellement ! Je me sens beaucoup mieux maintenant, beaucoup plus en paix ainsi et mon épouse également.

Cette dame sait de quoi elle parle et parle toujours avec son cœur. Tous les membres de mon groupe sont d’accord pour dire qu’elle est originale et nous guide délicatement vers la découverte de la vérité, vers nos besoins particuliers à notre propre rythme, bravo Helen.

 
 
Tatianna

Je dirais que mon travail en Sophrologie Caycédienne m’a permis par-dessus tout d’acquérir une meilleure compréhension de la façon dont je fonctionne et de le gérer d’une façon bien plus appropriée. Il m’a également aidé à créer certains réajustements qui sont d’une grande valeur pour moi. De plus, je sens qu’à présent j’ai gagné plus de connaissance en ce qui concerne les relations humaines en général.

Je peux canaliser mon énergie et ressentir une extraordinaire présence de vie à travers la simplicité de ma respiration libre. Evidemment, tout ceci apporte une véritable harmonie au plus profond de mon âme.

Helen est un Maître authentique, passionnément engagée dans son travail et très brillante, je la recommande sincèrement à toute personne prête à faire les plus grandes découvertes.

 

Un merci infini.

 
 
Temoignage de Brigitte

J’ai découvert la Sophrologie Caycédienne au printemps dernier, alors que je commençais à être à nouveau en grande détresse, après avoir arrêté l’anti-dépresseur. J’avais l’impression que j’étais prête à vivre sans médicament, mais j’avais tort. J’avais besoin de travailler sur mon propre corps et esprit pour atteindre un bien-être stable.
J’avais essayé la psychothérapie à plusieurs reprises, mais cela n’avait jamais fonctionné et je ne ressentais aucun bienfait dans cette thérapie.
Par conséquent, mon médecin, qui collabore avec Helen, m’a parlé de la Sophrologie Caycédienne et m’a donné son numéro de téléphone.
Je n’avais aucune idée de ce en quoi çà consistait, mais je me sentais si mal, que je savais que je devais faire quelque chose, même si j’avais repris l’anti-dépresseur. Le médicament m’aidait énormément, mais en mon for intérieur, je savais que ce n’était pas la solution à mes problèmes et à ma dépression.
Ma première séance avec Helen a été une découverte et une révélation totales. C’était si différent de la psychothérapie. Avant cette première séance, j’étais très angoissée, mais lorsque j’ai rencontré Helen, j’ai compris que tout se passerait bien et au fur et à mesure que se déroulait la séance, j’étais de plus en plus enthousiaste.
La Sophrologie Caycédienne accepte l’être humain avec ses qualités et ses défauts et on lui donne les moyens de comprendre ses propres attitudes et celles des autres, sans aucun jugement.
La méthode de base (le cycle Fondamental) est faite de 4 degrés. Alors que j’écris ce témoignage, j’ai atteint le milieu du 2ème degré. Je peux déjà en ressentir les bienfaits, parce que je suis beaucoup plus calme et plus compréhensive, je peux faire face aux situations difficiles sans perdre mon calme, et s’il m’arrive de chuter, je l’accepte comme étant une réaction humaine normale. La perfection ne fait pas partie de ce monde.
J’ai encore un long chemin à faire avant d’atteindre le 4ème degré, mais j’ai remarqué que mon moral est bien meilleur et plus stable, même si j’ai pris l’initiative de réduire ma médication et je projette de l’arrêter bientôt. Helen y a contribué en me montrant comment rentrer en contact avec moi-même à un niveau, un rythme et une liberté plus profonds. Elle ne me presse pas et n’interfère pas dans mes choix et décisions personnels.
Mon entourage a également remarqué les changements qui ont pris place en moi, et cela pour le meilleur, ce dont je suis fière.
Je dirais que la Sophrologie Caycédienne est une philosophie de vie, mais ce qui est plus important, un accomplissement riche dans une totale sérénité. En pratiquant la Relaxation Dynamique, on apporte indéniablement des améliorations positives au corps et à l’esprit ; dans mon cas, tout au moins, je peux dire que la déclaration ci-dessus est une certitude.

Je dois admettre que je ressens un véritable bonheur, même lorsque je vais à ma séance chez Helen, parce que je sais que je vais continuer à découvrir de nombreuses autres possibilités et capacités.

Helen est une personne très méritante, admirable et un être humble. Je n’aurais pas pu souhaite une meilleure Sophrologue, qui a un véritable don pour transmettre son grand savoir, sa philosophie et son expérience à ses patients.
Je sais qu’elle est passée par un chemin très similaire au mien, à ses débuts. Et lorsque j’observe la personne merveilleuse qu’elle est devenue, je ne peux que remercier Dieu de m’avoir permis de rencontrer une si GRANDE DAME.

 
 
Je suis Christopher

J’ai pensé à de nombreuses façons de décrire ce que la Sophrologie m’a apporté et ce qui suit est une analogie qui vient du cœur, gagnée par mes expériences avant et après avoir été guidé par Helen Ricco et la Sophrologie.

Lorsque nous naissons, nous avons tous une conscience pure ; j’entends par pure : innocente, non corrompu, et sans additifs.

A un âge précoce, nous développons un sac à dos qui, avec le temps, se remplit de différents objets. Pour certains, les objets sont plus lourds que pour d’autres.

Bientôt, avec assez de poids, nous commençons à sentir la douleur de notre fardeau. Nous reconnaissons tous la douleur, mais nous ne comprenons pas d’où elle vient, certains d’entre nous cherchent de l’aide.

Dans mon cas, j’ai commencé à recevoir une assistance psychologique qui m’a aidé à trouver la raison de ma douleur, de l’accumulation des objets et même quel était l’objet qui avait déclenché le signal d’alarme.

 

Est-ce que cela à enlevé les objets et soulagé la douleur ?

 

Pour  moi, cela a aidé à porter le sac à dos quelque temps, mais la douleur est finalement revenue. Un peu plus importante, cependant.

 

Que pouvons-nous faire pour commencer à enlever les objets et alléger le chargement ?

 

Nous devons chercher à trouver la pureté de nos premières années pures. Quelque chose de pur n’a aucun additif.

Nous avons besoin d’expérimenter le néant, le silence. Nous devons devenir en harmonie avec l’être qui est entré dans ce monde, avec ce que nous possédions alors ; notre respiration, notre flux sanguin, notre battement de cœur, notre force de vie…

Avec suffisamment de pratique, nous enlevons les jugements, nous avons moins de colère, nous acquérons de la compréhension et de l’équilibre. Nous apprenons à devenir plus indulgent et aimant envers les autres alors que nous les reconnaissons comme ayant été purs autrefois.

Lorsque nous vieillissons, notre corps ralentit et a plus de limites. Beaucoup de personnes âgées déclareraient : « Je ne suis pas aussi rapide qu’avant ! » En fait, nous sommes aussi lents que lorsque nous étions au début de notre vie. Il est naturel de devenir plus rapide avant de ralentir à nouveau. Peut-être que ce ralentissement est un nouveau comportement pour être plus près de la quiétude, pour arriver à savoir qui nous sommes devant notre fléchissement.

 

Je crois qu’un peu de ralentissement ne ferait de mal personne, n’est-ce pas ?

La Sophrologie m’a offert cette solution et même la capacité d’écrire de cette manière.

Je suis éternellement reconnaissant à Helen Ricco pour cela. La première chose qui m’a frappé, était combien sa voix était apaisante, particulièrement lorsque j’avais besoin d’être apaisé. En fait, son don était de savoir ce qui était nécessaire et à quelle moment. Elle pouvait deviner grâce à ma voix et mes gestes ce que mes paroles disaient vraiment, et ne s’arrêter donc pas au mots. Même si pendant une séance, mon partage était plutôt exposé à la hâte et irréfléchies, ceci étant dû à la fatigue ; elle m’en a fait prendre conscience sans jugement ou sans aborder mon partage directement . Elle m’a simplement offert un autre point de vue. Un point de vue qu’elle me savait posséder. C’était presque comme s’il n’y avait nulle part où se cacher.

Mais je ne peux imaginer quelqu’un qui voudrait se cacher d’Helen Ricco. En la connaissant, je me connais maintenant mieux moi-même et je m’aime plus.

 

Je l’aime pour cela et je remercie Dieu de  nous avoir réunis et de lui avoir donné la lumière pour me guider sur mon chemin.